« Qu’il vous soit fait selon votre foi » (Matt. 9:29)

« Nous avons là un principe très important : « Qu’il vous soit fait selon votre foi » (Matt. 9:29).

Rappelons-nous ceci : Dieu prend ses délices en la foi. Il aime à être cru ; et il honorera toujours ceux qui se confient en lui.

Au contraire, l’incrédulité l’afflige. Elle l’irrite, le déshonore et amène les ténèbres et la mort sur l’âme. C’est un affreux péché que de douter du Dieu vivant qui ne saurait mentir, ou de conserver des doutes lorsqu’Il a parlé ! Le diable est l’auteur de toutes les questions douteuses. Il prend son plaisir à ébranler la confiance de l’âme ; mais il n’a aucune puissance sur celle qui se confie simplement en Dieu. Ses traits enflammés ne peuvent jamais atteindre celui qui est abrité derrière le bouclier de la foi.

Oh ! qu’il est précieux de vivre d’une vie de confiance enfantine en Dieu ! Cela rend le coeur parfaitement heureux, et remplit la bouche de louange et d’actions de grâce. Cette confiance chasse tout nuage, tout brouillard ; elle éclaire notre sentier des rayons bénis de la face de notre Père. D’un autre côté, l’incrédulité remplit le coeur de toutes sortes de doutes, nous fait nous replier sur nous-mêmes, obscurcit notre sentier, et nous rend vraiment misérables. Le coeur de Caleb était plein d’une joyeuse confiance, tandis que celui de ses frères était rempli de plaintes et de murmures amers.

Il en doit toujours être ainsi. Si nous voulons être heureux, nous devons nous occuper de Dieu et de ce qui le concerne. Si nous voulons être malheureux, nous n’avons qu’à nous occuper de nous-mêmes et de ce qui nous entoure. Voyez au chapitre 1 de Luc. Qu’est-ce qui ferma la bouche de Zacharie le sacrificateur ? C’était l’incrédulité. Q’est-ce qui remplissait le coeur et ouvrait la bouche de Marie et d’Élisabeth ? La foi. Là était la différence. Zacharie aurait pu se joindre à ces pieuses femmes dans leurs chants de louange, si la sombre incrédulité n’avait fermé ses lèvres. Quel tableau ! Quelle leçon !

Oh ! puissions-nous apprendre à nous confier plus simplement en Dieu ! Que l’esprit de doute soit loin de nous ! Puissions-nous, au milieu de ce monde infidèle, être forts dans la foi qui glorifie Dieu. »

CHM