Le mécontentement

Il est remarquable de voir combien l’esprit de contentement n’a pas seulement à faire avec le bonheur de l’âme, mais avec sa sainteté. Il y a peu de choses qui tendent davantage à perturber nos relations avec Dieu et avec les hommes que le mécontentement. Il mûrit chacun pour toutes sortes de mal.

À grande échelle, il contribue aux révolutions des nations et aux autres ruptures sociales. À plus petite échelle, il bouleverse plus que toute autre chose l’équilibre des familles et la bonne attitude des individus. Aussi « ingrats » et « sans piété » sont classés ensemble par l’Esprit de Dieu (2 Tim. 3:2).

L’ingratitude est aussi mentionnée comme menant à l’idolâtrie (Rom. 1:21-23). Les Gentils non seulement ne glorifièrent pas Dieu comme Dieu, mais ils furent ingrats, et tombèrent dans toutes sortes de dépravations morales (Rom. 1).

Rien n’est plus important que de veiller à avoir des cœurs reconnaissants, sanctifiant le Seigneur Dieu dans nos cœurs (1 Pierre 3:15), ayant confiance en Sa bonté, avec la certitude qu’Il nous a donné individuellement exactement ce qu’il y avait de mieux pour nous. Mais la seule façon d’être ainsi content, quel que soit notre sort, est de regarder à Dieu comme s’occupant de nous en Christ pour l’éternité.

W.K.