Mettre la parole en pratique

Mais mettez la parole en pratique, et ne l’écoutez pas seulement, vous séduisant vous-mêmes. (Épître de Jacques 1,22).
Il y a parmi nous souvent la dangereuse illusion que le fait d’aller à la réunion, aux conférences et aux séminaires correspond au fait d’accomplir l’œuvre de Dieu. Nous entendons des messages et parlons (comme nous le savons très bien) de ce que nous devrions faire, et petit à petit nous avons l’illusion d’accomplir la volonté de Dieu. En fait, ce que nous faisons, ce n’est qu’augmenter notre responsabilité et nous séduire nous-mêmes. Nous nous séduisons nous-mêmes en ce que nous pensons que nous sommes spirituels alors qu’en réalité nous sommes peut-être foncièrement charnels. Nous nous séduisons nous-mêmes en ce que nous croyons que nous grandissons, alors qu’en réalité nous faisons du sur-place. Nous nous séduisons nous-mêmes en ce que nous nous pensons sages alors que nous sommes pitoyablement stupides. Le Seigneur Jésus dit que celui qui entend sa parole et la met en pratique, c’est celui-là qui est sage. L’insensé entend aussi ses paroles mais il ne les met pas en pratique. Il ne suffit pas d’entendre une prédication et de s’en aller en disant : « Quel merveilleux message ». Ce qui est capital, c’est que nous allions à la maison et que nous disions : « Ce que j’ai entendu, je voudrais le mettre en pratique maintenant. ». Quelqu’un a dit une fois qu’une bonne prédication n’enrichit pas seulement l’esprit, réchauffe le cœur et « tanne la peau », mais aussi motive la volonté pour mettre en pratique. Une fois, au milieu d’un message, le prédicateur demanda à ses auditeurs quel cantique ils avaient chanté au début de la réunion. Personne ne le savait. Il demanda alors quel passage de la Bible avait été lu. Personne ne le savait. Il demanda quelles explications avaient été données. Personne ne pouvait se rappeler. Ces personnes jouaient la réunion (jeu d’acteur). Nous faisons bien de nous poser les questions suivantes avant chaque réunion : pourquoi suis-je venu ici ? Suis-je prêt à laisser Dieu me parler personnellement ? Quand Il me parle, ai-je le désir de lui obéir ? La Mer Morte porte bien son nom, parce qu’elle est continuellement alimentée en eau mais il n’y a aucune eau qui en découle. Dans notre vie, l’enseignement sans la mise en œuvre conduit à l’arrêt. La question insistante du Seigneur nous tinte dans les oreilles : « Pourquoi dites-vous : Seigneur, Seigneur ! et ne faites vous pas ce que je dis ? »
W.D.